A propos de liberté...

Publié le par Katell d'Ys

A propos de liberté...

"L'esclavage originel est l'esclavage du ventre vide et de la mauvaise saison. En un mot, l'esclavage de la nature. On échappe à la nature par l'organisation sociale et l'invention technique. Dans une ville moderne, il est possible d'oublier qu'une chose telle que la nature existe - en particulier la nature dans ses aspects les plus inhumains et les plus hostiles. La moitié de la population de l'Europe vit dans un univers presque entièrement fabriqué.

"Abolissons l'esclavage de la nature. Une autre forme d'esclavage surgit instantanément. L'esclavage des institutions : les institutions religieuses, les institutions légales, les institutions militaires, les institutions économiques, les institutions éducatives, artistiques, scientifiques.

"Toute l'histoire moderne est une Histoire de l'Idée de Liberté contre les Institutions. Elle est aussi l'Histoire du Fait de l'Esclavage des Institutions.

"La nature n'a pas de sens. Les institutions, étant l'oeuvre de l'homme, ont une signification et un but. Les circonstances changent plus vite que les institutions. Ce qui fut jadis sensé, cesse d'être sensé. Une institution désuète est comme une personne qui applique un raisonnement logique à une situation non existante créée par une idée fixe ou une hallucination. Un état de choses analogue se produit quand les institutions appliquent la lettre de la loi aux cas individuels. L'institution agirait rationnellement si les circonstances qu'elle envisage existaient réellement. Mais en fait, elles n'existent pas. Etre esclave d'une institution ressemble à l'esclavage d'un paranoïaque qui souffre d'illusions mais qui reste en possession de toutes ses facultés intellectuelles. L'esclavage de la nature est comme l'esclavage d'un idiot qui n'a même pas assez d'esprit pour souffrir d'illusions."

.../...

"Dans toute société, la liberté n'existe que pour un nombre très restreint d'individus. Une situation économique favorable est la première condition d'une liberté partielle. Mais la liberté complète implique que la liberté intellectuelle, psychologique et biographique soit aussi favorable. Les individus qui réunissent toutes ces conditions ne sont pas esclaves des institutions. Pour eux, les institutions se présentent comme une sorte de cadre solide à l'intérieur duquel ils peuvent exécuter toutes les acrobaties qu'il leur plaît. La rigidité de la société dans son ensemble permet à ces rares privilégiés de franchir les frontières intellectuelles et morales, sans risque pour eux et pour la communauté. Toutes les libertés particulières -et toute liberté est particulière- se paient d'une forme quelconque d'esclavage." Aldous Huxley

Oui... Je sais : c'est très long !!! Bla... Bla... Bla... Mais j'aime !!! J'ai trouvé ça très intéressant ! Pas encore terminé la lecture de ce livre...

Ce livre a été écrit il y a plus de 50 ans (j'étais pas née !) et pourtant, il y a dedans des choses qui nous ramènent à aujourd'hui ! Les époques se suivent et... se ressemblent ! Avec, en plus, la nature qui se rebelle davantage de ce que l'homme (qui croit tout savoir) lui fait subir !!!

Publié dans Des livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article